Fiscalité des casinos : quelles contributions pour l’État ?

Les casinos terrestres ainsi que les jeux d’argents en ligne sont des secteurs très lucratifs. Les gains des entreprises du secteur sont énormes si l’on ne se réfère qu’au nombre de joueurs qui participent aux tournois qu’ils organisent. Sachez toutefois que les casinos en France doivent reverser des impôts à l’État, contrairement aux casinos en ligne qui sont encore illégaux en France. Les joueurs sont également assujettis à certains impôts. Des frais peuvent être prélevés de vos gains si vous jouez en casino terrestre…

Les impôts des casinos

L’État français profite également des activités lucratives qu’exercent les casinos terrestres. En effet, ces établissements doivent reverser divers impôts aux collectivités locales ainsi qu’à l’État. À chaque recette empochée, les casinos terrestres en France doivent prévoir un prélèvement forfaitaire sur le produit brut des jeux ou PBJ. Il faut dire que ce prélèvement est parfois conséquent ! Il peut aller jusqu’à 80% en fonction de la progression du PBJ. C’est pourquoi, il y a de grosses différences sur les cagnottes proposées par les casinos terrestres et les casinos en ligne, car ces derniers étant libéraux, ils peuvent afficher un taux de redistribution de plus de 90%.

Les joueurs des casinos payent aussi des impôts

Soyez vraiment vigilant sur les impôts que vous devrez verser après avoir empoché un gain dans un casino terrestre, car parfois il arrive que l’on déduise une coquette somme sur votre gain après avoir gagné un tournoi. En règle générale, tout gain excédant les 1500 € doit être déclaré à l’Etat. Le casino va déduire immédiatement 12 % l’impôt que vous devrez reverser, c’est-à-dire que vous aurez au final 1320 € au lieu de 1500 €. Attention, parfois il arrive que le casino n’affecte plus une déduction de 12% sur vos gains. C’est le cas par exemple si vous avez gagné une somme importante, voire des milliers d’euros à une partie de roulette. Il peut arriver que le gain soit déduit de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune. Cet impôt peut aller de 790 000 € et plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *